ALLIENE

      

 

                ALLIENE : UN BISCUIT 100 % BOURBONNAIS

 

 

C’est un peu la madeleine de Proust. Doux comme un souvenir d’enfant, ce petit sablé aux noisettes et aux amendes remémore des saveurs d’autrefois. Il bat en brèche la grande industrie du biscuit et rappelle les valeurs authentiques d’un terroir, le Bourbonnais. Ce sablé délicieux a été baptisé l’Aliéné. La légende raconte que ses créateurs Edith et Jean Marie Thomas, propriétaires du Moulin de la Galette, pâtisserie de renom à Moulins sur Allier seraient passés par Saint-Menoux, petit village de l’Allier, et plus particulièrement par son église, afin de trouver l’inspiration. En effet, cet édifice est localement célèbre pour y renfermer la fameuse « débredinoire », sorte de sarcophage qui guérit les « bredins » ou simples d’esprits. Animés d’une certaine « folie créatrice », Jean-Marie et son épouse ont conçu cet Alliéné.

 

Le chef pâtissier n’a pas son pareil pour vous narrer la fabrication du biscuit. « Nous voulions trouver une pâtisserie qui représente l’identité de l’Allier et qui véhicule nos valeurs et nos légendes » explique t-il. Pour autant, si l’idée est excellente pour faire connaître le département, les propriétaires du Moulin de la Galette - et leurs confrères - ne s’en sont pas arrêté là. Ils ont décidé de fabriquer le « biscuit qui rend fou » avec des produits du terroir. Les premiers ingrédients sont la base de toute fabrication : des œufs, du sucre, du beurre fondu, de la crème épaisse. Mais la touche finale qui donne tout son charme, c’est bien sûr quelques larmes de vin de Saint-Pourçain issue de la cuvée Toussaint, produit par la famille Laurent à Saulcet. Ce vin blanc moelleux issu de vendanges tardives allié à un soupçon de miel produit par la maison Raynaud de Saint-Pourçain donnent à l’aliéné un fondant et une douceur souveraine.

 

A bien regarder et comparer, l’Alliéné est un peu à l’image de son département. Il peut paraître un peu simple et banal. Mais en cherchant bien, on trouve un cœur généreux et complexe. Une noisette caramélisée enfermée dans un cœur praliné le différencie nettement avec une madeleine ordinaire.

C’est à sa fabrication que l’on reconnaît toute le travail de recherche qu’il a fallut pour donner naissance à l’Aliéné : d’abord fabriqué une pâte sablée pour le fond. Enrouler une noisette caramélisée dans un cœur de praliné. A part faire ce que l’on appelle un « appareil à cake » ou plus simplement une sorte de pâte à madeleine. L’alchimie des ingrédients et une cuisson parfaite donnent l’Aliéné. Parfait pour un petit déjeuner tonifiant et un grignotage gourmand, idéal pour une fin de repas convivial, l’Aliéné allie des saveurs qui plaisent aux petits et aux grands. Manger un Aliéné, c’est retrouver tout l’esprit de l’Allier.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×