UNE LEGENDE BOURBONNAISE

 

En face des Monts du Forez, la vallée du Sichon est dominée par un piton granitique qui s’élève à près de 900 mètres. Site d’une ancienne tour de guet, ce rocher a excité les imaginations.

                                                                                                                               

Le chemin de crête du massif du Bizin a connu une importante fréquentation de tous temps.

Le site particulier du Rocher Saint Vincent fut repéré comme particulièrement propice à la surveillance de la zone par les romains qui y établirent un oppidum.

Plus tard, un espace fortifié demeura, mais les rigueurs du climat incitèrent ses occupants à s’établir plus bas dans la vallée, à Ferrières sur Sichon. Toutefois, une tour de guet fut maintenue sur place durant une bonne partie du moyen âge.

Un tel site ne pouvait pas laisser l’imagination populaire indifférente à l’époque où la ferveur chrétienne aimait à se nourrir de légendes moralisatrices.

Un jour qu’une pauvre fermière se trouvait là haut avec son nouveau né, elle se lamentait sur son sort en évoquant son manque d’argent. Soudain, le rocher s’ouvre, et laisse apparaître une caverne. La fermière s’y hasarde, et découvre à l’intérieur un fabuleux tas d’or. Elle dépose son nouveau né sur le sol, et emplit son tablier d’écus d’or.

Bien vite, elle court au village pour déposer son butin, dans l’espoir de faire un autre voyage. Mais à son retour, la caverne s’est refermée, emprisonnant son bébé.

Durant un an, la malheureuse fille prie la Sainte Vierge pour retrouver son enfant vivant, promettant de restituer tout l’or qui n’est rien par rapport au bonheur d’être mère.

Un an plus tard, jour pour jour, elle se rend au Rocher saint Vincent, la caverne s’ouvre à nouveau, et elle retrouve son bébé vivant après avoir remis l’or maléfique à sa place…

Moralité ? Chacun peut trouver la sienne…

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site